Comment devenir rédacteur web ?

Comment devenir rédacteur web ? C’est une question qui revient souvent chez les personnes aimant écrire. Il n’existe pas de chemin spécifique pour cela. Surtout que les formations spécialisées sont encore balbutiantes.

Je vais donc vous parler de mon propre parcours (un parmi tant d’autres), en espérant créer des vocations.

 

Une formation en école de commerce

 

J’ai commencé mes études en voulant créer ma propre entreprise. Je ne savais pas encore comment ni quoi mais c’est une idée que j’avais en tête depuis longtemps. Avoir un père entrepreneur a dû peser dans cette décision. Je me suis donc orienté vers une licence entrepreneuriale en école de commerce. Puis, au fil de mon cursus, je me suis rendu compte que le web était un secteur passionnant, sans cesse évolutif et regorgeant de nouveaux défis. Je me suis donc spécialisé en marketing web assez rapidement.

Je ne dirais rien sur le programme du Master de mon école de commerce mais ce n’est pas elle qui m’a formé. Tout ce que je connais maintenant, je l’ai appris seul en lisant des livres et en parcourant de nombreux sites internet (merci le site du Zéro, devenu maintenant OpenClassrooms). Ainsi, j’ai appris à lire et écrire (à un niveau basique) le HTML, le CSS et un peu le PHP. De plus, j’ai appris à utiliser les CMS (Prestashop et WordPress principalement) en créant un blog et un site de commerce. Beaucoup de temps passé à s’arracher les cheveux sur des problèmes d’intégration. Mais le jeu en vaut la chandelle, croyez-moi.

C’est cela qui m’a permis d’être repéré par une agence de webmarketing à la recherche d’un nouveau rédacteur web.

 

L’apprentissage par la pratique

 

Une fois rentré dans cette agence, j’ai appris mon métier sur le tas. Grâce à ma responsable et une collègue, spécialiste du marketing web, j’ai vu et expérimenté de nouvelles choses. J’ai aussi appris à écrire vite et bien. Ce fut un apprentissage dans la douleur mais avec une bonne méthodologie, une certaine organisation et surtout une grande remise en question, le travail finit par payer.

Ainsi, cela m’a fait comprendre qu’il n’existe pas vraiment de formation pour être rédacteur web. Un bon rédacteur web est quelqu’un qui aime écrire avant tout, qui est curieux de tout et qui sait chercher l’information là où il faut. Avoir des notions en marketing web (principalement en référencement naturel) me semble par contre indispensable. Savoir aussi utiliser des outils tels que WordPress pour les blogs ou les différents CMS d’e-commerce (Prestashop, Joomla, Drupal, Magento…) est un véritable atout. Sans oublier Google Adwords et Google Analytics qui sont des programmes indispensables au quotidien. Faciles à maîtriser, ils vous permettent de piloter votre activité au quotidien.

 

Conclusion

 

Pour devenir rédacteur web, je ne saurai que trop vous conseiller de mettre les mains dans le cambouis et de commencer par créer votre blog. Il vous permettra de vous vendre plus facilement lors de vos entretiens. Si vous êtes encore en étude, c’est encore mieux. Cela vous permet de prendre le temps de concevoir votre site et de l’améliorer au fur et à mesure. Parlez d’un sujet qui vous intéresse et laissez-vous aller. Ensuite, rentrez dans une agence ou chez l’annonceur. Personnellement, je trouve que travailler en agence web est très formateur. On touche à de nombreux sujets et on appréhende différentes problématiques.

Me concernant, c’est ce qui m’a permis aujourd’hui de me créer un réseau et une expertise. Ainsi, si votre objectif est de devenir votre propre patron, c’est un passage important.

Et vous, comment êtes-vous devenu Rédacteur Web ?

Faut-il préférer la web rédaction freelance ou en entreprise ?

Je me suis longtemps demandé si la web rédaction freelance était plus intéressante comparée à la rédaction web en agence ou chez l’annonceur.

Pour vous expliquer ma situation, j’ai travaillé en agence pendant 2 ans avant de me faire licencier pour motif économique. Résultat, je me suis retrouvé sur le marché du travail à chercher un poste de rédacteur web. Pourtant, je ne voyais que des offres de stages ou des jobs à la rémunération pitoyable.

C’est ce qui m’a donné envie de me lancer en tant que rédacteur freelance. Mais entre l’idée et le grand saut, j’ai pris le temps de contacter des professionnels et d’en parler autour de moi.

Voici ce qui est sorti de toutes ces discussions.

 

 

Différences entre rédacteur web freelance et en entreprise

La principale différence entre un rédacteur web freelance et un rédacteur web en CDD ou en CDI est le fait de travailler pour soi et d’avoir notre client comme seul intermédiaire.

En effet, en agence, il m’est arrivé de travailler sur des sujets sans connaitre le client. C’était ma responsable qui faisait le lien entre lui et moi. Au début, cela me plaisait car je devais faire mes marques. Mais au fur et à mesure, j’avais envie de plus d’indépendance et d’autonomie. Ce que j’ai réussi à avoir mais avec toujours la volonté de satisfaire ma hiérarchie.

De même, le fait d’être obligé de faire des choses qui ne nous plaisent pas me parait difficile à supporter sur le long terme. En fait, la différence entre le rédacteur freelance et le rédacteur salarié se situe au niveau de la « liberté » induite par le statut. Je met le terme de « liberté » entre guillemets car peu de personne (moi y compris) peuvent choisir leurs missions. Bien que le résultat soit le même (qui refuserait un client sous prétexte que le travail l’ennuie ?), le simple fait de se dire « si je veux, je peux refuser le contrat » change tout. C’est ma vision des choses. D’ailleurs, j’en ai eu l’exemple il n’y a pas longtemps avec une mission qui ne me permettait pas de rentrer dans mes charges.

De plus, je trouve de plus en plus ridicule d’être obligé d’être présent au bureau de 9h à 18h juste pour être là. En m’organisant bien, il m’est arrivé de finir des journées bien plus tôt que prévu et d’attendre que le temps passe. La véritable liberté d’être à son compte se trouve dans la possibilité d’étendre nos horaires et de pouvoir travailler au moment où nous le voulons.

Personnellement, je suis plus du matin que de l’après-midi. Donc, je m’arrange pour faire les tâches chiantes le matin et les missions plus sympas après 14h. Parfois, je me prends une journée. Parfois, je bosse plus tard ou le week-end. Mais j’avoue que j’adore le simple fait de travailler au moment où je le veux et de pouvoir faire mes autres activités à tout moment.

 

 

Avantages et inconvénient des deux statuts.

 

Evidemment, tout n’est pas rose dans le monde merveilleux des freelances. Déjà, il faut s’occuper de la paperasse administrative qui se révèle être un véritable mic-mac lorsque l’on débute (bien que le statut d’auto-entrepreneur offre certaines facilités).

Ensuite, il faut chercher les clients par nous-même. Ainsi, bien que notre travail nécessite d’être seul devant notre écran pendant la plupart du temps, la prospection et le contact client restent très importants. Comme tout chef d’entreprise. Si vous êtes du genre solitaire, malheureusement, vous n’irez pas loin. Je prends comme exemple un ami qui travaillait pendant longtemps en freelance pour son ancienne boite. Il avait quelques autres clients mais rien de vraiment concret. Aujourd’hui, il redevient salarié et il est heureux de le faire. Vu que la prospection l’ennuyait, il n’était tout simplement pas fait pour être à son compte. 

De plus, n’oublions pas que financièrement, tout change. En étant employé, nous recevons notre salaire à la fin du mois. Sans oublier la retraite assurée à un taux élevé en tant que salarié et l’assurance chômage (tout simplement inexistante pour les auto-entrepreneurs). Certains ont aussi la chance d’avoir une mutuelle entreprise intéressante. En tant que freelance, il faudra se débrouiller pour gagner sa croûte. Si pas de clients, pas d’argent. Et il faut aussi penser aux questions retraite et chômage. 

Certaines personnes m’ont aussi parlé des longues heures de travail induites par le statut de freelance. Pour ce sujet, j’estime que tout est question d’organisation. En se tenant à un tarif horaire prédéfini, on peut accepter ou refuser les missions qui ne sont pas intéressantes pour nous. Le tout étant de savoir se vendre pour trouver les bons clients.

 

 

Conclusion

 

Me concernant, je me suis lancé en tant que rédacteur freelance parce qu’une bonne opportunité s’est présentée à moi. Cela me permet de commencer avec un bon salaire. Ainsi, je peux chercher mes clients calmement sans avoir le couteau sous la gorge. Et donc, cela me permet d’accepter les missions que je juge intéressante.

D’ailleurs, beaucoup de professionnels m’ont dit que le meilleur moyen de se lancer en freelance est de commencer son activité en étant déjà en entreprise. En faisant cela, on se crée un réseau et surtout, il est ensuite plus facile de vendre. Une fois que vous avez assez pour vous permettre de vivre (à vous de voir combien il vous faut par mois), lancez-vous.

Personnellement, j’ai enfin plaisir à me lever le matin et j’en ai terminé avec la déprime du dimanche soir. Cela n’empêche pas certains moments de stress en période de rush ou lorsque je dois me vendre auprès d’un gros client.

Et aussi, quelle fierté de dire à ses proches « je suis chef d’entreprise » ! 🙂 Alors, si l’idée vous trotte en tête depuis longtemps, n’hésitez pas. Et si vous vous demandez comment devenir rédacteur web, je suis à votre disposition pour répondre à vos questions.

Les 10 règles du SEO.

Le problème de nombreux rédacteurs web : être une bille en technique. J’ai discuté avec beaucoup de personnes qui ont de très belles plumes. Pourtant, ils sont tout autant à ne pas s’intéresser à l’essence même du référencement et aux règles du SEO. Si c’est votre cas mais que vous lisez ceci, tout n’est pas encore perdu.

Pour que votre site puisse remonter sur les mots-clés voulus, voyons les règles rédactionnelles et techniques à savoir. En suivant ces consignes, vous deviendrez rapidement un as sur votre secteur.

 

 

Les règles SEO rédactionnelles

 

Commençons doucement en parlant du rédactionnel. Voici 5 points importants à connaitre pour écrire une bonne web rédaction :

  • Ne faites jamais de copier-coller de phrases ou de paragraphes (les pros parlent de duplicate content). Les moteurs de recherche détestent ça et vous le feront savoir rapidement. Comprenez : bye la première position. Et n’espérez pas atteindre les suivantes non plus.
  • Choisissez le mot-clé sur lequel vous voulez écrire à l’avance et reprenez-le dans le titre, au début de votre texte et dans la balise Meta Description.
  • Faites des liens entre vos articles. Du côté des lecteurs, cela leur permet de passer facilement de textes en textes. Du côté de Google, vous faites baisser votre taux de rebond. Et ça, il adore.
  • N’écrivez pas seulement pour les moteurs de recherche. Un texte mal écrit et blindé de mots-clés sera totalement inefficace.
  • Soyez régulier dans vos publications. Mieux vaut écrire 1 ou 2 textes par semaine et vous y tenir que 4 par jour et arrêter au bout d’un mois.

Jusqu’ici, c’est facile. Nous n’avons pas encore mis les mains dans le cambouis. Ce que nous allons faire maintenant. Vous êtes prêt ? C’est parti pour les règles techniques.

 

 

Les règles SEO techniques

 

Parce qu’un bon contenu ne suffit pas, parlons des règles techniques. Cette fois, on va soulever le capot et voir comment ça marche à l’intérieur. Rassurez-vous, rien de bien compliqué non plus. Vous êtes toujours là ? C’est parti :

  • Pensez à renseigner toutes les balises (Title, Meta-description et H1, H2, H3 etc.).
  • Insérez une image représentant votre texte et renseignez la balise Alt de cette image. Cela embellit votre texte et attire l’oeil de vos lecteurs. Si vous pouvez mettre des images originales, c’est encore mieux. Sinon, il existe de nombreuses banques d’images gratuites.
  • Travaillez votre URL en y insérant votre mot-clé. Si vous utilisez un CMS tel que WordPress, il vous suffit juste de modifier la fin de votre permalien.
  • Pensez à regarder régulièrement vos statistiques sur Google Analytics. Et agissez sur les articles les moins populaires (taux de rebond élevé et peu de temps passé à le lire).
  • Enfin, attention aux pratiques interdites (black hat). Si vous vous faites griller, la chute sera aussi fulgurante que votre progression. Revenir en piste sera ensuite difficile.

Maintenant que vous connaissez les règles de base du SEO, au travail. Commencez par reprendre vos anciens articles si vous avez. Si vous écrivez votre premier billet, faites-vous une check list. Ainsi, vous n’oublierez aucun point important.

Evidemment, parce que ces règles évoluent constamment, il est important de vous intéresser au monde du SEO. Surtout si vous êtes dans la rédaction freelance. Donc, mon dernier conseil sera de faire votre veille auprès de professionnels et d’experts. Personnellement, j’utilise énormément Twitter. Je me suis fait aussi des alertes mail sur certains sujets importants. Et vous ?

Parlons webmarketing et SEO.

Webmarketing et SEO : toute personne travaillant dans le web ou s’intéressant à celui-ci a déjà entendu parler de ces deux mots. Qu’il fasse de la rédaction freelance, en agence ou chez l’annonceur. Mais qu’est ce qui lie ces deux termes si importants ?

 

 

Le SEO : qu’est-ce que c’est ?

 

Le SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization, aussi appelé Référencement Naturel. C’est, en gros, la pratique qui vous permet de travailler vos pages pour les rendre visibles sur les moteurs de recherche. Il existe de nombreuses règles de SEO pour faire remonter sa page sur les mots-clés désirés. J’en parlerai plus précisément dans un autre billet.

Contrairement au SEA, Search Engine Advertising ou Référencement Payant, il est totalement gratuit. En effet, en théorie, ce n’est pas la peine de payer Google, Yahoo ou autres moteurs de recherche pour apparaître en bonne position. Cela se fera à force de travail, de persévérance et de remise en question. Dans la pratique, c’est à nuancer. Mais nous en reviendrons dans un autre article.

 

 

Lien entre le webmarketing et le SEO

 

Dans les faits, le SEO fait partie du webmarketing. En effet, tout comme le marketing permet de mettre en avant un produit ou un service, le webmarketing consiste à améliorer la notoriété d’une page ou d’un site. Pour cela, vous devez utiliser différents canaux que sont les moteurs de recherche (les fameux SERP), les réseaux sociaux ou la publicité en ligne (bannières par exemple).

Le référencement naturel n’est donc qu’une partie du webmarketing.

Pour résumer : le webmarketing vous permet de faire connaitre votre site et le SEO vous donne les moyens de progresser sur certaines requêtes et mots-clés.

Comment établir votre tarif de rédaction ?

Le tarif de rédaction est une problématique importante puisque, en tant que rédacteur web, cela va être votre activité principale.

 

Bien estimer votre temps de travail

 

En commençant, j’ai passé du temps à me renseigner auprès de professionnels. J’en suis venu à une conclusion : pour nous, le dicton « le temps c’est de l’argent » se vérifie complètement. En effet, d’après ce que m’ont dit les professionnels dans le domaine du webmarketing et SEO, le tarif s’établit en rapport avec la charge de travail et le temps passé. Ainsi, une fiche produit de quelques lignes ne va pas coûter autant qu’un dossier de plusieurs pages. C’est évident mais il faut le souligner.

 

Un tarif à l’heure

 

Pour pouvoir calculer facilement vos prestations, le plus simple est de définir un tarif horaire ou journalier. Pour pouvoir vivre décemment de votre web rédaction, n’oubliez pas de prendre en compte vos charges.

De plus, parce que la production de textes nécessite une certaine créativité, il est important de connaitre vos limites. Cela afin de toujours fournir des écrits de qualité. Quoi que l’on puisse dire, il n’est pas possible de travailler à bas prix et de produire un travail de qualité. Avis aux personnes qui décident de passer par des agences offshore :).

 

Un prix évolutif

 

Evidemment, le tarif de rédaction évoluera avec le temps. A vous de vous faire connaitre pour pouvoir augmenter vos prix. De même, une personne seule venant de commencer sous un statut auto-entrepreneur (avec plus ou moins 25% de différence entre le chiffre d’affaires et l’argent réellement récolté, sans prendre en compte les différentes aides) et une personne en EURL, SASU ou avec des employés, n’auront pas les mêmes tarifs. Tout est fonction de vos charges.

Et vous, quels sont vos tarifs ?

 

10 points pour reconnaitre une bonne web rédaction.

Une bonne web rédaction n’est pas la même chose qu’un bon article de notre journal quotidien préféré. Voici une check-list à connaitre pour que votre article web soit jugé comme excellent :

  • Évitez les fautes d’orthographe et de grammaire ;
  • Faites des phrases courtes ;
  • Soyez toujours dans le « vous » et le « nous » ;
  • Scindez votre page et votre texte avec un titre (H1 = souvent le titre de la page), des sous-titres (H2 = le titre de votre article) et parfois encore des titres de paragraphes (H3) ;
  • Pensez à la phrase de résumé (méta-description) ;
  • Adoptez un style simple et facilement compréhensible, même par des personnes ne connaissant pas votre sujet ;
  • Connaissez vos lecteurs et rédigez pour eux ;
  • Ecrivez aussi pour les moteurs de recherche en utilisant des mots-clés ciblés ;
  • Faites des liens avec vos autres textes ;
  • Utilisez Google Analytics pour analyser et effectuer les changements si besoin est.

Si votre rédaction répond à ses 10 critères, vous pouvez être content de votre web rédaction et de votre travail de rédacteur web.

Et si vous souhaitez en savoir plus sur le webmarketing et le SEO ou sur les règles du SEO, posez moi vos questions. J’y répondrai aussi précisément que possible.

Les qualités d’un rédacteur web.

Continuons notre exploration du métier de rédacteur web. Voyons ensemble les qualités qu’il se doit de posséder pour être un excellent professionnel.

 

Un amoureux de l’écriture

 

C’est un fait : le rédacteur web est avant tout quelqu’un qui aime écrire. Evidemment, il doit maîtriser parfaitement la langue française. La majeure partie de son travail se faisant à l’écrit, une faute d’orthographe, de syntaxe ou de grammaire ne pardonne pas.

 

Un curieux de nature

 

De plus, un rédacteur web est une personne qui s’intéresse à de multiples sujets qu’il peut (et doit) vite apprendre. Cela reste toutefois à nuancer en fonction du poste occupé. S’il se trouve chez l’annonceur, il n’aura qu’un seul sujet à maîtriser. Par contre, il devra être plus polyvalent en agence et en freelance. Certains se spécialisent toutefois dans un domaine particulier.

 

Une excellente adaptabilité

 

Enfin, un rédacteur web est une personne qui met sa plume au service d’une entreprise, généralement, afin de rédiger des articles de blog, des fiches produits et des textes pour elle. Pour cela, il devra mettre son style de côté. En cela, c’est un véritable caméléon de la rédaction.

Si vous possédez ces qualités, le métier est fait pour vous. Vous commencez quand ? 🙂

Aussi, si vous avez des questions sur le métier (comment définir le tarif de votre rédaction ou comment devenir rédacteur web, par exemple), posez les moi dans les commentaires ou par mail.