Stratégie éditoriale web

Stratégie éditoriale web

0Vous vous lancez dans un projet conséquent : mettre en place ou revoir complètement votre stratégie éditoriale web.

C’est un vaste chantier qui demande :

  • De la régularité ;
  • Des connaissances pointues aussi bien en écriture pour le web qu’en SEO ;
  • Mais aussi de la patience…
  • … et de l’acharnement.

Concevoir un bon contenu est primordial pour faire évoluer votre marketing digital et votre business. Vous avez donc toutes les raisons de vous intéresser à la rédaction web et aux problématiques de création de contenu associées.

Trouvez, dans ce texte, de précieux conseils qui vous aideront à faire aboutir cette amélioration digitale stratégique.

 

Une bonne communication éditoriale : un exercice pas si facile que ça.

Avant de publier votre premier texte…

Pour certains sites, un article de blog ou une fiche produit, c’est un mot-clé, un texte et c’est tout. Parfois, des images viennent illustrer le propos. C’est un bon début. Mais forcément, vous devez vous en douter, ce n’est pas suffisant.

Si vous voulez que votre site puisse atteindre des sommets, vous devez réfléchir à la meilleure façon de créer des textes percutants et pensés pour être bien positionnés dans les SERP (les résultats des moteurs de recherche).

Pour bien commencer ce travail de positionnement, je vous conseille d’analyser les mots-clés et champs sémantiques adaptés à votre secteur d’activité. Cette étape préparatoire est indispensable pour mettre en place, ensuite, vos cocons sémantiques (on parle aussi de siloing).

Pensez aussi à créer des personas marketing qui définiront précisément les cibles de votre stratégie de communication.

En même temps, réfléchissez à la création d’une charte éditoriale comprenant :

  • Un calendrier de publication de vos articles ;
  • Le ton et le style rédactionnel que vous devez utiliser ;
  • Si vous possédez une équipe rédactionnelle : l’assignation des rédacteurs et rédactrices à chaque article.
  • La structure de chaque texte (quelle taille, combien d’image, de paragraphes, etc.).

Ainsi, vous gagnerez un temps précieux quand vous passerez en phase de rédaction.

Après l’écriture, comment partager vos articles ?

Une fois que vos textes seront rédigés et publiés, vous devez les faire vivre.

Avez-vous identifié les réseaux sociaux les plus intéressants pour votre activité ? Si vous êtes en B to C, vous allez avoir du mal à vous passer de Facebook (très utile pour votre relation client au passage). En B to B, par contre, LinkedIn et Viadéo seront indispensables pour votre community management.

Cette donnée doit donc aussi apparaitre au sein de votre charte éditoriale.

Voici les questions auxquelles vous devez répondre :

  • Comment partager vos contenus sur les médias sociaux ?
  • Sous quelle forme ?
  • À quelle fréquence ?
  • Quel jour et quelle heure ?

En prenant du temps pour apprécier toutes ces problématiques de web marketing, vous avez les armes pour vous lancer sereinement.

 

Comment créer un contenu internet de qualité ?

Maintenant que vous avez défini précisément votre stratégie éditoriale, rentrons plus dans le détail. Oui, nous allons parler de vos textes et de votre communication digitale dans la pratique.

Pour résumer, un contenu web de bonne qualité doit répondre à différents critères :

  • Avoir un titre accrocheur ;
  • Posséder un texte fluide et percutant ;
  • Faire autant plaisir à votre audience qu’aux moteurs de recherche ;
  • Être honnête avec les visiteurs ;
  • Être original (pas de duplicate content !) ;
  • Donner envie aux internautes de réaliser l’action souhaitée.

Pour réussir ce défi, vous avez plusieurs techniques à votre disposition.

La première, c’est bien sûr le SEO (Search Engine Optimization). Si vous vous lancez dans la rédaction web, vous ne pouvez pas passer à côté. Le référencement naturel est, en effet, le meilleur moyen de positionner vos pages dans les moteurs de recherche. De plus, en travaillant efficacement, vous offrez à votre article une durée de vie illimitée (à condition de revenir dessus de temps en temps).

La seconde est le storytelling. Aujourd’hui, un contenu efficace fait appel à des émotions (d’où l’importance de créer des personas). Regardez les publicités à la télévision : il devient de plus en plus courant de mettre en valeur un produit ou un service par un court récit. L’objectif : permettre à vos cibles de s’imaginer en train de le tester.

La troisième à connaitre impérativement (et à utiliser sans modération !) : la pyramide inversée. De nombreuses études ont montré que les internautes parcourent les pages d’une façon précise. La plupart vont débuter par le titre. S’il les a intéressés, ils vont lire l’introduction et le premier paragraphe. Ensuite, beaucoup vont arrêter leur lecture ou liront en diagonale. D’ailleurs, seulement 1/3 lisent le dernier paragraphe. Ainsi, vous comprenez qu’il est important de tout miser sur le début de votre texte. C’est ici que tout se joue. Si vous ratez votre entrée, vous pouvez être sûr(e) que vos internautes iront voir ailleurs.

Évidemment, cela vaut aussi bien pour vos articles de blog que vos fiches produits. Dans tous les cas, vous avez compris que l’expérience client/utilisateur est primordiale en e-marketing.

 

Les petits trucs qui boosteront votre stratégie éditoriale

Dans le métier, il y a les rédacteurs et rédactrices qui aiment écrire (c’est important !) et les pros pointilleux qui pensent à tout.

Les premiers ne proposeront qu’un contenu de qualité qui aura du mal à percer. Les seconds ont les clés pour permettre à une page d’atteindre des sommets grâce à son contenu texte.

En effet, la simple rédaction ne suffit pas sur le web.

Mots-clés et sémantique

Bien sélectionner vos mots-clés est une étape importante. Auparavant, il suffisait de les utiliser le plus souvent possible pour améliorer votre visibilité et votre positionnement.

Aujourd’hui, la sémantique est en train de prendre le pas sur le contenu pur et dur.

C’est un fait : le contenu n’est plus roi. Enfin, si, peut-être. Mais dans ce cas, la sémantique siège en tant impératrice.

De ce fait, bien que je vous conseille de toujours partir d’un simple mot-clé, vous devez aussi penser à tout le contexte sémantique qui l’entoure.

Comment trouver des idées de sujets ?

Après avoir identifié vos mots-clés stratégiques, vous aurez déjà des indices pour vos futurs sujets. Voici quelques trucs qui vous aideront à ne jamais être à court d’idées :

  • Utilisez les outils Google à votre disposition : Google Instant et Google Suggest ;
  • Regardez les contenus de vos concurrents ;
  • Faites une veille régulière sur vos sujets de prédilection ;
  • Rebondissez sur l’actualité ;
  • Soyez toujours actif/ve quand vous discutez avec vos connaissances (anciennes ou nouvelles): vous pourrez trouver des problématiques intéressantes à traiter.

Article long ou court ?

Ça, c’est pour le travail préparatoire. Concernant l’article en lui-même, les statistiques montrent qu’un texte long a de plus grandes chances de se retrouver en première position des SERP.

Quand je dis long, je parle de 1000 mots minimum (pour un texte de blog). Évidemment, nous ne sommes pas au mot près.

Cela dit, plus votre sujet est travaillé et plus vous aurez de chance d’être lu (e) et partagé (e). Donc, n’hésitez pas à rentrer dans le détail (sans meubler évidemment).

Les images : un détail à ne pas oublier

Beaucoup oublient une donnée pourtant indispensable : les images. En plus d’illustrer votre texte, elles rendent la lecture plus agréable.

Le minimum : une illustration pour votre image à la une. Après, à vous de voir si vous avez le temps d’en intégrer une par paragraphe (au maximum). N’oubliez pas de renseigner la balise ALT, qui est tout aussi importante que la balise meta description.

Donnez à vos lecteurs ce qu’ils cherchent

Enfin, je ne me répéterai jamais assez : impliquez vos lecteurs. L’impératif et le vous/nous sont la base de la rédaction web. Soyez toujours dans la forme directe et interpellez vos internautes, sans en faire trop.

Terminez avec un call to action, en fonction de votre objectif (demande de rendez-vous, inscription à la newsletter, achat d’un produit, etc.).

Boostez la visibilité de vos contenus grâce au netlinking

Mais, au fait, je ne vous ai pas parlé du maillage. Quelle erreur ! C’est d’une importance capitale pour améliorer la visibilité de votre site dans sa globalité.

Intégrez donc des liens entre vos différentes pages (sans abuser sur l’optimisation de vos ancres) et placez aussi des liens externes vers des sites de référence qui vous ont été utiles pour écrire votre texte.

Ça apporte un certain poids à votre article.

 

Les pièges liés au contenu éditorial à éviter.

Après les bonnes pratiques, je ne peux terminer mon texte sans évoquer les choses à ne pas faire.

Le copié/collé : pas bien !

J’ai évoqué plus haut le contenu dupliqué. Évidemment, c’est une pratique à proscrire.

Oui, c’est vrai que nous trouvons peu de sujets originaux. Ainsi, ce n’est pas dans le fond que vous devrez convaincre, mais plutôt dans la forme.

À vous de trouver un angle d’attaque et un style unique octroyant à votre texte une véritable valeur ajoutée.

La réécriture et la reformulation sont des techniques que doit maitriser parfaitement un(e) rédacteur/trice web.

Les fautes de français : le meilleur moyen de faire fuir les internautes

Faut-il préciser que les fautes d’orthographe, de conjugaison et de grammaire sont à éviter ?

Je lis partout que le métier de rédacteur web est gangréné par les offres aux tarifs ridicules venant de certains pays étrangers. Cela est vrai en partie.

Car, en lisant ces textes, vous remarquez que niveau qualité, c’est pas ça. Ils sont bourrés de fautes et pas du tout user-friendly. Pour être franc, un webmaster qui passe par ce genre de « professionnels » se tire une balle dans le pied.

Oui, je prêche un peu pour ma paroisse. Pourtant, vous vous rendrez vite compte qu’un texte mal-écrit ne vous offrira pas les résultats escomptés.

De ce fait, bannissez les fautes et les erreurs d’inattention en prenant le temps de relire plusieurs fois votre texte avant de le publier.

Optimisation ou suroptimisation : quelle différence ?

Finalement, je veux vous alerter sur la suroptimisation en SEO. C’est une très mauvaise habitude prise par certains experts de stratégie digitale qui n’ont pas réussi à se mettre à la page. Celle-ci touche aussi bien l’utilisation de mots-clés que les ancres.

Pour vous en prémunir, relisez votre texte à voix haute. Si vous identifiez des phrases bizarres qui ne font pas naturelles, changez-les.

Au fur et à mesure, il semble que les mises à jour de Google deviennent de plus en plus performantes (on parle de machine learning). Sans oublier qu’un bon texte aura plus de chance d’être viral qu’une mauvaise rédaction.

Ainsi, en rédigeant un texte de qualité, vous êtes à l’abri pour longtemps. Par contre, en flirtant avec le black hat, apprêtez-vous à devoir retravailler souvent vos pages.

 

Voici une base qui vous permettra de débuter votre stratégie marketing éditoriale ou de la retravailler. Votre objectif : rentabiliser votre production de contenus.

Bien sûr, je suis à votre disposition pour discuter de votre projet et élaborer un plan d’action webmarketing adapté à vos objectifs.

Start-up, PME ou grandes entreprises : contactez-moi dès maintenant afin de mettre en œuvre votre transformation digitale.