Blog et SEO : deux outils performants au service de votre ROI.

Blog et SEO : toutes les clés pour améliorer votre visibilité online.

Tous les webmarketeurs n’ont qu’un mot à la bouche quand il s’agit d’accroître le trafic d’un site : le SEO (pour Search Engine Optimization). Généralement, cet acronyme est suivi de l’affirmation : « la création d’un blog est indispensable pour gagner des positions sur les moteurs de recherche ».

Évidemment, je ne vais pas contredire ce fait avéré. Un blog vivant et intéressant est le meilleur moyen de gagner en visibilité et en notoriété auprès de votre public cible.

Encore faut-il apprendre à utiliser ce levier de business pour qu’il soit réellement efficace et performant.

Voyons ensemble tout ce que vous devez savoir sur ces deux sujets très importants pour votre stratégie web.

 

Web marketing et SEO : faisons le point.

Commençons par le commencement : connaissez-vous la différence entre le marketing digital et le référencement naturel SEO ?

Souvent, ces deux termes sont confondus par les néophytes.

Pour faire simple, disons que le SEO n’est qu’une partie du webmarketing. En effet, le marketing web possède de nombreuses facettes telles que :

  • Le référencement payant (SEA) ;
  • Le remarketing ;
  • L’emailing ;
  • L’affiliation ;
  • Le web marketing social (SMO) ;
  • Etc.

Le SEO n’est donc qu’une technique parmi d’autres pour faire connaitre votre site sur le web.

Elle consiste à se plier aux règles de référencement Google pour gagner quelques places dans les résultats liés à une requête au sein du moteur de recherche (on parle de SERP).

En règle générale, le SEO repose sur deux piliers :

  • Une partie rédactionnelle: la rédaction régulière de contenus originaux ;
  • Une partie technique: pour un site beau et rapide.

S’il est autant apprécié, c’est parce que le référencement SEO est gratuit. En effet, vous pouvez faire du référencement naturel sans dépenser un centime (bien que dans les faits, cela ne soit pas tout à fait vrai). De plus, comparé au SEA qui est efficace à court terme, mais qui s’arrête dès que ne payez plus, le SEO vous offre des résultats durables (donc rentables).

Par contre, attendez-vous à y passer énormément de temps si vous décidez de vous en occuper sans aide extérieure.

 

Comment reconnaître une bonne web rédaction en 10 points ?

Nous avons évoqué le fait d’écrire des textes performants pour être mieux positionné sur les SERP. Problème : comment faire la différence entre un bon article et un texte médiocre ? Bien écrire suffit-il à être rédacteur web ? Vous l’avez compris : la réponse est « NON ! ». Je vais vous dire pourquoi.

Tout d’abord, il est évident qu’une bonne rédaction web ne comporte aucune faute d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, ni de conjugaison. D’où l’intérêt de vous relire plusieurs fois (et d’utiliser des outils tels qu’Antidote).

Ceci étant dit, il arrive trop souvent que les entreprises rédigent des articles qui leur font plaisir avant tout. Ce qui est une erreur. En établissant votre plan et en commençant à écrire, vous devez vous demander si votre texte va intéresser vos lecteurs. D’ailleurs, vous devez être beaucoup plus dans le « vous » que dans le « nous » afin de les impliquer et de leur parler directement. De plus, un style concis, des phrases courtes et une expression fluide sont des impératifs sur le web.

Bon, ça, c’était pour le côté purement rédactionnel de votre stratégie de contenu qui parle aux lecteurs humains. Mais un expert en content marketing doit aussi avoir quelques connaissances techniques pour les robots (de Google, entre autres).

Ainsi, il doit être capable de partir d’un mot-clé et de construire son texte en utilisant le champ sémantique lié à ce mot-clé. De plus, je vous conseille de le rajouter aussi dans le titre (H1), la meta description, l’URL et, sans être trop bourrin, les sous-titre (H2, H3…).

N’oubliez pas de travailler votre netlinking en rajoutant quelques liens internes vers d’autres articles similaires (utilisez la technique du cocon sémantique pour votre maillage interne) et des sources externes avec un bon Pagerank.

Si nécessaire, utilisez Google Analytics et Search Console pour retravailler vos pages et textes.

 

Focus sur la balise meta description

La balise meta description est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre. En effet, cette donnée est importante puisque c’est grâce à elle que les utilisateurs des moteurs de recherche viendront sur votre site. Si vous ne savez pas, c’est le petit texte de résumé qui apparaît sous votre titre et URL, dans les SERP.

Dans ce cas, vous comprenez qu’une balise meta description bien remplie est très efficace pour améliorer le trafic de votre site web. Cela car elle incite un internaute à se rendre sur votre site plutôt que sur celui d’un concurrent.

Comment faire pour l’optimiser afin qu’elle soit efficace ? Voici plusieurs astuces :

  • Insérez le mot-clé de votre page (pour le SEO) ;
  • Rédigez une balise de 200 caractères maximum afin qu’elle ne soit pas coupée (bien que certaines soient plus longues) ;
  • Soyez percutant et proposez aux internautes la réponse à leurs besoins ;
  • Ne mentez pas sur le contenu de votre page ;
  • Rédigez une balise meta description unique par page (pour éviter le duplicate content).

En bref, restez honnête, simple et incitatif. Les 3 clés pour une balise meta description de qualité.

 

Black hat, white hat et grey hat : quelle stratégie privilégier ?

Dans le monde du SEO, trois camps se font la guerre. En fait, deux et un au milieu qui ne sait lequel choisir.

Le white/black/grey hat : la théorie

D’un côté, nous avons le méchant référenceur qui n’hésite pas à faire les pires saloperies par pure vanité : le black hat.

De l’autre, nous avons la gentille agence de référencement qui se plie gentiment aux règles du Dieu Google sans rechigner : le white hat.

Au centre, l’agence SEO opportuniste passant d’un camp à l’autre en fonction de ses envies : le grey hat.

Bon, ne passons pas par 4 chemins : plus les mises à jour de Google avancent et plus il devient difficile de baser votre stratégie sur le black hat. Sauf si vous avez une vision à court terme de votre site.

En fait, si vous voulez gagner en visibilité et grappiller, au fur et à mesure, quelques positions sur les SERP, je ne peux que vous conseiller d’opter pour des techniques et outils SEO white hat.

Quelques techniques de white/black/grey hat

Vous avez compris que le white hat concerne toutes les méthodes liées au référencement web et à l’optimisation SEO dit « naturel ». Nous n’allons donc pas revenir dessus.

Cela dit, si vous ne connaissez pas le black hat, voici quelques techniques de référencement associées :

  • Le cloaking (proposer une page pour les internautes et une pour les robots) ;
  • Cacher une partie du texte aux internautes (souvent bourrée de mots-clés) ;
  • Insérer des liens cachés en piratant un site ;
  • Spam de commentaires sur différents blogs ;
  • Le négative SEO (réaliser des actions condamnables pour le compte de sites concurrents) ;
  • Etc.

Oui, ce n’est pas bien.

Concernant le grey hat, maintenant :

  • Achat de fans sur les réseaux sociaux ;
  • Échange de backlinks entre sites ;
  • Content spinning (du contenu de faible qualité créé en grande quantité) ;
  • Achat de domaines expirés ;
  • Etc.

Sur ce blog, je ne recommande que l’usage de techniques white hat pour référencer son site et positionner ses pages. Pour les autres, c’est à vos risques et périls.

 

Stop Word : qu’est-ce que c’est ?

Une question que tout expert SEO s’est un jour posée en cherchant des mots-clés : faut-il prendre en compte certains petits mots tels que les prépositions, les pronoms personnels et autres termes qui viennent se rajouter à l’expression stratégique ?

Sur le web, ceux-ci ont un nom : on les nomme les mots vides (Stop Word). En fait, juste en connaissant leur dénomination, vous avez les clés pour répondre à la question que vous vous posez.

Parce que le poids sémantique de ces termes est trop faible, les moteurs de recherche ne les prennent généralement pas en compte.

Voilà, on peut passer à la question suivante ? Eh bien non, pas tout à fait.

Car, en fonction des recherches des internautes, il peut arriver que les résultats soient différents entre un mot seul ou accompagné d’un « le », « un », « avec », « en », etc.

Prenons par exemple l’expression « table » et allons vérifier sur Adwords. Voici ce qu’on remarque :

  • « table » possède une concurrence élevée pour une recherche mensuelle entre 10 k et 100 k ;
  • « une table » possède une concurrence faible et une recherche mensuelle entre 100 et 1 k.

Ainsi, la concurrence et la recherche sont très différentes entre ces deux termes. En fonction de votre stratégie, vous utiliserez donc plutôt l’un ou l’autre.

Ici, j’ai pris l’exemple d’un mot-clé générique, mais refaites cet exercice avec des mots-clés de la longue traîne. Le résultat peut parfois être surprenant.

Toutefois, ne vous amusez pas à retirer ces Stop Word dans vos textes et titres juste pour faire plaisir aux moteurs de recherche. Pensez avant tout fluidité et lecture agréable. Votre objectif : contenter vos lecteurs avant tout.

 

Pourquoi créer un blog d’entreprise ?

Finalement, la dernière question à vous poser : avez-vous réellement besoin de créer un blog d’entreprises ?

Plutôt que de vous donner X raisons de vous lancer dans ce genre de projet, voyons les bénéfices offerts par un blog :

  • Il est excellent pour fournir du contenu original et régulier (un gros plus pour votre SEO) ;
  • Il humanise votre communication ;
  • Il fidélise votre clientèle en lui proposant du contenu répondant à ses questions ;
  • Il vous place en tant que spécialiste dans votre domaine ;
  • C’est un excellent complément à un site ecommerce (aussi bien pour le maillage que la mise en valeur de vos produits) ;
  • Une fois un nombre minimum de visiteurs mensuels uniques atteint, il peut vous rapporter de l’argent grâce à la publicité ;
  • Il vous permet de nouer des partenariats avec d’autres acteurs du secteur.

Ceci étant dit, tenir un blog est une activité très chronophage (si vous vous en occupez) ou très chère (si vous externalisez sa rédaction).

Ainsi, avant de vous lancer, demandez-vous si vous en avez réellement besoin et , surtout, si vous les moyens de vous occuper sérieusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.