Comment mettre en place un cocon sémantique pour votre site ?

Le cocon sémantique, si vous êtes Rédacteur Web ou si vous travaillez dans le webmarketing et le SEO, vous en avez entendu parler. Étant donné que c’est le sujet phare du moment, c’est forcé !

Après, vous ne savez peut-être exactement ce que c’est. Et surtout, vous vous demandez comment le mettre en place.

Sur un site en construction, c’est facile, car vous pouvez travailler en amont.

Par contre, concernant les sites déjà en place sans cocon sémantique. Comment faire pour le mettre à jour et l’améliorer en employant cette technique de link building ? Et surtout : est-ce nécessaire ?

Je vous dis tout sur cette nouvelle mode en référencement naturel.

 

Le cocon sémantique : qu’est-ce que c’est ?

Le cocon sémantique est une notion conceptualisée par l’un des gourous français du référencement français : Laurent Bourrelly.

Je ne vous présente pas ce référenceur expert dans son domaine, vous devez le connaitre. Dans tous les cas, pour vous la faire court, après des multitudes de tests et une analyse poussée, il s’est rendu compte qu’il y’avait un moyen d’optimiser le maillage interne d’un site et, donc, intrinsèquement, la rédaction web associée.

Avant, un site, c’était ça :

exemple site avant cocon semantique

Bon, c’est un exemple simplifié, vous l’avez compris.

Avec un cocon sémantique, vous allez travailler votre maillage interne autrement.

En réalité, vous allez repenser complément le maillage interne de votre site, afin de créer des pages mères, des pages filles et des pages petite-fille.

exemple cocon sémantique

Vous vous retrouvez donc avec une structure par silos hermétiques les uns des autres.

Encore une fois, c’est un exemple simplifié.

Évidemment, chaque page petite-fille peut avoir, elle aussi, des pages fille. Tout dépend de votre thématique principale. Tant que la règle des 3 clics à partir de la page d’accueil n’est pas dépassée, vous êtes bon.

J’ai mis volontairement 5 pages petite-fille, car il semble que pour qu’un silo soit efficace, il faut au moins qu’il comporte 5 pages profondes.

Ne soyons pas fermés sur la question. Si vous en placez 4, c’est bien aussi. 3, par contre, veut sans doute signifier que votre sujet mérite d’être un peu mieux travaillé.

D’ailleurs, auparavant, vous laissiez sans doute votre CMS s’occuper de mailler vos pages entre elles. WordPress, par exemple, a des plugins qui cherchent des articles proches sémantiquement pour les lier entre eux. Pour ma part, j’utilise l’excellent YARPP.

En fait, avec ce type de technique, vous contrôlez précisément votre maillage interne.

Je m’explique :

  • La page mère mènera vers chacune de ses pages filles.
  • Les pages filles auront un lien vers leur page mère, vers leurs pages petite-fille et vers les autres pages fille à leur hauteur.
  • Les pages petites-filles seront liées à la page fille, mais aussi entre elles.

Un exemple illustré vaut mieux que n’importe quelles explications :

exemple maillage interne

Bon, j’ai fait ce que j’ai pu avec Paint donc j’espère que c’est clair pour vous. J’ai volontairement baissé le nombre des pages pour que ce soit plus clair sinon il y aurait des flèches partout et on n’aurait rien compris.

En bref, pour faire court : toutes les pages de mêmes niveaux sont reliées entre elles (bien que la question fait débat), mais aussi aux pages du niveau d’au-dessus et d’en dessous.

Par contre, si vous employez ce type de structure de site, il est interdit de lier entre elles des pages de silos différents.

 

Création de votre site : mettre en place une hiérarchie par silo sémantique

Si vous créez votre site web, il est facile de créer vos cocons sémantiques.

Je vous propose différentes étapes pour mener à bien votre projet de netlinking.

 

Trouver les bons mots-clés

Les personnes qui vous disent que les stratégies liées aux mots-clés ont disparu ont tort.

Elles se sont juste transformées. Auparavant, on bourrait chaque texte avec le mot-clé que l’on voulait mettre en avant.

Aujourd’hui, cette méthode est de la suroptimisation (PAS BIEN !). On parle plutôt d’une stratégie de contenu web centrée sur l’optimisation sémantique.

Chaque texte doit comporter notre mot-clé placé de façon intelligente. De plus, vous devrez utiliser des mots et expressions du champ sémantique qui vous intéresse pour optimiser votre page.

Ainsi, rien n’a changé : pour mieux vous positionner par rapport à vos concurrents, tout part d’un mot-clé.

Personnellement, j’utilise beaucoup les outils SEO Google Adwords, Google Instant et Google Suggest pour m’aider.

 

Créez la structure de site

Une fois que vous avez les mots-clés (de la longue traine ou générique) sur lesquels vous voulez travailler en priorité, il est temps de passer à la construction de votre site.

Je vous conseille un outil de mind mapping qui se révèle aussi facile d’accès que clair.

En voici deux :

Prenez le temps de concevoir votre site, case par case, en commençant par définir la home, les catégories de premier niveau, de deuxième niveau, etc. jusqu’aux pages profondes.

Oui, c’est long, mais vous verrez que cela vous facilitera la vie ensuite pour gagner en trafic et notoriété.

 

Passer à la rédaction

La rédaction web n’est pas en reste. Elle doit aussi répondre à un schéma précis.

Concernant les pages mères :

  • Chaque paragraphe, avec leur H2, doit correspondre à une page fille (avec le lien qui va bien).
  • La home mise à part (puisque c’est la matriarche sans autorité supérieure), vous les reliez vers leurs propres pages mères dès l’introduction de votre article.
  • Vous les reliez enfin avec les autres pages mères de leur niveau.

Concernant les pages profondes :

  • Vous les reliez à leur page mère ;
  • Vous les liez toutes entre elles.

Bien sûr, cela doit se faire grâce une ancre optimisée comme il faut.

C’est la seule chose à savoir. Le reste ne bouge pas.

Ainsi, voici ce que vous devez toujours avoir en tête :

  • Votre mot-clé ;
  • Son champ sémantique associé ;
  • La façon de scinder votre texte en paragraphes ;
  • Mettre des liens externes vers des sources d’influences dans votre thématique ;
  • Éviter les textes trop courts ;
  • Écrire pour vos lecteurs/visiteurs et les moteurs de recherche.

Refonte d’un site en créant des cocons sémantiques

Vous avez déjà un site en place et vous avez connu la technique du cocon sémantique un peu tard ? Ça va être plus coton, c’est sûr. Mais pas impossible (au contraire !).

Surtout que vous avez déjà une bonne base de textes, un nom de domaine bien présent, et que vous connaissez déjà vos mots-clés importants.

Ainsi, les étapes sont les mêmes que pour la création de sites. Soit :

  • Élaboration d’un champ lexical (surtout si vous ne l’avez pas fait évoluer depuis plus de 6 mois) ;
  • Mise en place d’une nouvelle structure de site.

En fait, la différence se fera au niveau des textes de chaque page web.

En effet, vous avez déjà une base d’articles que vous pouvez exploiter. D’ailleurs, vous avez sans doute déjà créé des cocons sémantiques sans le savoir.

Ainsi, après avoir établi le plan de votre site, regardez les textes déjà produits et voyez si vous ne pouvez pas les placer dans ce plan.

Évidemment, la plupart auront besoin d’une réécriture (plus ou moins importante). Mais de toute façon, pour optimiser son référencement, il est conseillé de retravailler régulièrement ses articles. C’est donc le moment opportun de réaliser un audit éditorial de votre site internet.

Généralement, les articles écrits sans tenir compte du silo font plutôt office de pages profondes.

Mais peut-être aurez-vous déjà des pages parents ? Celles-ci auront donc juste besoin d’une refonte au niveau de leur structure (H1, H2 et paragraphes).

Dans tous les cas, une fois les cocons principaux mis à jour, il vous suffira d’y intégrer vos articles modifiés et de compléter par de nouveaux contenus qui viendront enrichir les informations et le maillage de votre cocon.

Oui, c’est long. C’est pourquoi je ne saurai que vous conseiller de le réaliser aussi tôt que possible.

 

Faut-il impérativement mettre en place un cocon sémantique ?

Au début, par manque de temps, et surtout parce que j’étais resté longtemps sur mon ancienne méthode, je dois dire que je ne m’étais pas intéressé plus que ça au cocon sémantique qui ne me semblait ni essentiel ni pertinent.

C’est en voyant le sujet prendre de l’ampleur que j’ai étudié la question plus sérieusement. D’ailleurs, plutôt qu’une formation, c’est un client qui m’a poussé à travailler avec cette nouvelle stratégie SEO.

Et d’après ses dires, les résultats sont au rendez-vous. C’est d’ailleurs ce que je lis et entends partout.

Avec ce type de méthode de référencement web, les pages remontent plus rapidement dans les SERP. Elle possède donc un énorme potentiel pour réussir à améliorer votre positionnement au sein de la recherche Google.

Ceci étant dit, voici quelques trucs à faire si vous voulez que cette méthode soit efficace :

  • Évitez d’industrialiser ce processus en créant une grande quantité de contenus de faibles valeurs ;
  • Continuez à vous concentrer sur la rédaction de textes avec une forte valeur ajoutée ;
  • Évitez de suroptimiser vos ancres en les plaçant sur des expressions semblables à l’URL de la page de destination ;
  • L’évolution et l’amélioration de vos URL et meta description peut être intéressant ;
  • Évidemment, attention au duplicate content (faut-il vraiment le préciser ?).

En fait, vous comprenez que la rédaction de contenus se doit d’être toujours de grande qualité.

Référencement naturel/SEO et rédaction web n’ont jamais autant fait bon ménage.

 

Pour en savoir plus sur le cocon sémantique, vous avez la possibilité de suivre la formation de Laurent Bourrelly.

Le mieux pour tout comprendre sur cette technique d’optimisation SEO : l’utiliser sur votre site et la mettre en place chez vos clients. Cela vous permettra d’analyser sa performance de vos propres yeux.

Ceci dit, continuez à vous informer des différentes mises à jour de l’algorithme de Google. Même s’il est évident que le moteur de recherche américain aime les sites avec un maillage interne et externe cohérent, il évolue tellement vite qu’il va peut-être nous obliger à revoir notre copie dans le futur.

Dans tous les cas, pour le moment, nous observons un impact positif sur l’indexation et la position des pages utilisant ce procédé. Sans être encore indispensable, cette technique de référencement Google tend donc à gagner en importance avec le temps.

5 réflexions au sujet de « Comment mettre en place un cocon sémantique pour votre site ? »

  1. Merci pour ces explications, je pensais que cette histoire de cocon sémantique était plus simple (juste relier les pages ayant le même champ sémantique entre elles). Un exemple concret pour mieux comprendre les pages mères / filles / petites filles auraient pu aider. Mais c’est déjà beaucoup plus clair !

    1. De rien Tiana. Ravi que mon article ait pu vous être utile :). Finalement, avec la pratique, on se rend compte que ce système est assez simple à appréhender.

      J’ai fait ce que j’ai pu pour être le plus clair possible mais cela n’est visiblement pas suffisant.

      Dès que j’ai un peu de temps, je retravaillerai mon texte en essayant d’intégrer un exemple plus concret, si cela peut vous aider.

  2. Bravo et excellente article ! Sinon j’ai une question : est-ce souhaitable de lier les pages filles (celles juste en dessous de la page d’accueil) entre elles ou est-ce obligatoire ?

    Merci d’avance !

    1. Merci pour ce commentaire jean_fab :).

      En fait, rien n’est obligatoire. Le cocon sémantique est juste une technique qui fonctionne. Mais de nombreux sites ne peuvent (ou ne veulent) pas l’utiliser. Pourtant, cela ne les empêche pas d’obtenir de bonnes positions dans les SERP.

      Ainsi, pour répondre à votre question, personnellement, j’ai choisi de lier les pages catégories entre elles (les filles de la page d’accueil donc). D’autres sites le déconseillent.

      A vous de voir en fonction de la construction de votre site. Généralement, un site possède une thématique générale (la Home) et des sous-thématiques découlant de cette dernière (les catégories). Dans ce cas, lier les pages filles entre elles est cohérent. Par contre, en prenant l’exemple d’une place de marché, est-ce qu’il est pertinent de lier la catégorie « puériculture » avec la catégorie « informatique » ? La question se pose…

      J’espère avoir répondu à votre question :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.