Conseils pour freelance et indépendant

10 conseils pour freelance et indépendant qui vont vous changer la vie.

Cela fait presque une année que j’ai commencé mon activité de freelance. Et je dois avouer que je m’en sors plutôt bien pour le moment. Ainsi, ça m’a donné l’envie de vous apporter quelques conseils si vous envisagez de travailler en freelance, vous aussi, ou si vous avez du mal à sortir la tête de l’eau.

Ces conseils pour freelance et indépendant sont volontairement simples pour que vous puissiez les appliquer au quotidien dans votre activité de travailleur indépendant. Personnellement, cette petite liste m’aide à m’organiser et à fournir un travail de qualité à mes clients, sans être surchargé par le travail.

 

1er conseil : levez-vous à heures fixes.

Première chose lorsque l’on est à son compte et que l’on goute à l’indépendance : ne pas négliger l’heure du lever. En effet, je me suis rendu compte que si on ne se crée pas une sorte de rituel, il devient ensuite difficile de s’y tenir.

Si vous n’êtes pas seul à la maison, c’est facile. Il vous suffit de vous caler sur une personne (votre copine/femme, votre copain/mari, votre colocataire, vos parents, etc.). Par contre, si vous vivez seul, forcez-vous à vous lever à une heure fixe, comme si vous alliez au boulot.

On dit souvent qu’un freelance qui vient de créer son entreprise peut faire ce qu’il veut de ses journées. Tout dépend des personnes. Me concernant, je préfère m’obliger à faire des horaires plus ou moins fixes afin de garder un rythme soutenu et ne pas me laisser aller.

 

2e conseil : organisez votre journée.

Vous vous êtes levé ? C’est une bonne chose. Maintenant, forcez-vous à vous laver et à vous habiller (oui, c’est important).

Ensuite, prenez un peu de temps pour planifier votre journée et savoir ce que vous devez faire aujourd’hui. En faisant cela, vous vous préparez mentalement à vous mettre au travail.

Le plus important ici est de fragmenter votre temps de travail afin de pouvoir être complètement opérationnel et à 100 % dans votre mission de freelance. Pour ma part, j’essaye de faire le nécessaire pour terminer le travail effectif à 18 h maximum. Pourquoi ? Parce que je sais qu’une fois que je ne serai plus seul, je perdrai en efficacité. De plus, avec le temps, je me suis rendu compte que j’étais réellement efficace le matin. J’ai donc planifié mon emploi du temps afin de réaliser les missions les plus difficiles avant l’heure du déjeuner.

L’objectif : avoir fini sa journée en disait « j’ai fait ce que je devais faire ». Il est très important de ne pas se laisser dépasser lorsque l’on veut travailler en freelance.

 

3e conseil : différenciez vie privée et vie professionnelle.

D’ailleurs, parce qu’un freelance (comme certaines professions libérales) travaille principalement à la maison (en tout cas, à ses débuts), il est important de savoir compartimenter sa vie.

J’ai lu la biographie de nombreux écrivains dont celle de l’auteur à succès Stephen King. Ce dernier disait qu’il avait une pièce à lui pour écrire. Il y entrait seulement pour travailler et il la fermait à clé quand il considérait qu’il avait fini sa journée.

Bien sûr, nous ne pouvons pas tous avoir une pièce seulement pour le travail. Par contre, il est plus facile de se dire « à partir de 19 h, j’arrête de répondre à mes clients » ou encore « le week-end, je le passe avec mes proches, sans penser au boulot ».

Pour cela, vous pouvez très bien acheter un téléphone seulement pour le travail que vous éteignez quand vous avez fini votre journée. Et surtout, évitez de répondre aux mails en dehors des heures de travail que vous vous êtes fixées.

Le mieux pour cela : se créer une sorte de sas mental (ou physique si vous avez la possibilité de le faire) d’entrée et de sortie. Cela peut être tout simplement la douche du matin et aller se balader 15/30min le soir.

En faisant cela, vous vous viderez l’esprit et vous pourrez être à 100 % avec vos proches ou dans vos loisirs.

 

4e conseil : prenez le temps de faire des pauses.

Je lis et j’entends souvent des gens dire qu’ils n’ont pas le temps de faire des pauses, qu’ils sont en retard dans leur travail, etc.

C’est tout simplement qu’ils gèrent mal leur emploi du temps ou qu’ils se laissent déborder. Il est primordial pour un freelancer de faire des pauses régulières. Cela pour permettre à votre cerveau de s’aérer afin de continuer à fournir un travail de qualité (et d’éviter le burn-out).

Ne négligez jamais l’heure du déjeuner du midi et apprenez à souffler pendant la journée.

 

5e conseil : sachez tarifer votre travail.

Cause directe de l’organisation de votre travail : le tarif de vos prestations. C’est, selon moi, le plus important. En effet, en offrant un prix bas, vous devrez travailler plus pour espérer avoir un bon revenu en fin de mois. Par contre, inversement, en choisissant un tarif trop élevé, vous ne trouverez aucun client.

Renseignez-vous sur les prix en vigueur sur votre secteur et tenez-vous-en à un prix minimum en dessous duquel il n’est pas intéressant pour vous de travailler. Et tant pis si vous perdez un client à cause de ça.

Il m’est arrivé plusieurs fois de refuser des missions parce que leur prix à l’heure était trop faible. À côté, j’ai trouvé d’autres missions plus intéressantes que je n’aurai pu assurer si j’étais surchargé de travail.

Pour travailler moins, pensez à votre tarif. Bien sûr, il doit prendre en compte votre statut (auto-entrepreneur, EURL, entreprise individuelle, portage salarial, etc.). Avec une auto-entreprise, les charges sont moins élevées qu’en passant par une société de portage, par exemple. Le tout est de savoir ce que vous avez dans la poche à la fin du mois pour ne pas avoir le couteau sous la gorge et se sentir obligé de prendre n’importe quelle mission qui s’offre à vous.

 

6e conseil : ne vous enfermez pas chez vous.

D’après ce que j’entends autour de moi (et je le vis aussi), c’est ce qu’il y’a de plus difficile pour un freelance : ne pas s’enfermer.

Quand j’ai commencé, je prenais du temps pour faire du networking, aller à des salons, déjeuner ou boire un verre avec d’autres professionnels, etc. Maintenant que j’ai plus de travail, j’avoue que je ne prends plus le temps de le faire. Et nous sommes beaucoup dans ce cas.

J’ai la chance d’avoir des amis et de la famille qui m’entourent. Et je m’oblige à sortir et faire des soirées régulières pour sortir un peu de mon quotidien de rédacteur web et consultant indépendant.

Vous aussi, je vous conseille d’éviter de trop vous enfermer chez vous devant votre PC. Calez dans votre agenda des moments pour faire des sports, pour voir des amis, pour faire de nouvelles rencontres, etc.

Ne pas faire cela sera dangereux pour votre business à long terme.

 

7e conseil : communiquez sur votre activité.

Les entrepreneurs qui disent qu’ils ne veulent pas parler de leur activité à n’importe qui ont tort. Et pourquoi ils ont tort ? Parce que ça veut dire qu’ils ne sont pas sûrs d’eux. Si quelqu’un peut leur voler l’idée, c’est qu’il y’a quelque chose qui ne va pas.

Une entreprise se doit, en effet, d’être unique et de proposer un produit ou un service original. Si elle ne fait pas cela, elle est vouée à disparaitre. Dans le service, c’est pareil. Donc, que vous soyez en train de réfléchir à vous lancer ou déjà sur le marché, parlez de votre activité autour de vous. N’hésitez pas à vous créer des cartes de visite et à les distribuer.

Le bouche-à-oreille, c’est ce qui fonctionne le mieux aujourd’hui. Faites-vous connaitre !

Et profitez aussi de la puissance d’internet en utilisant tous les réseaux sociaux à votre disposition. Attention toutefois : c’est extrêmement chronophage donc limitez-vous à une certaine utilisation quotidienne ou hebdomadaire.

Sans oublier de créer un blog que vous alimenterez le plus souvent possible (surtout pour les activités créatives).

Si vous faites cela régulièrement, vous n’aurez pas à réaliser énormément de prospection pour trouver des clients. Surtout après quelques années d’activité derrière vous.

 

8e conseil : prenez du recul.

Une des choses les plus importantes est de pouvoir prendre du temps pour réfléchir à son projet. Lorsque l’on est toujours seul au quotidien, il est parfois difficile de se poser. En entreprise, en tant que salarié ou chef de projet, nous avons les collègues qui peuvent nous aider. Seul à la maison, à part son chat, son chien, son poisson rouge ou son oiseau, il est parfois difficile de trouver du soutien.

Voici plusieurs activités qui peuvent vous aider à décompresser et à prendre du recul :

  • Faire du sport (le footing est particulièrement efficace) ;
  • Se promener en forêt ;
  • Faire une activité relaxante (yoga, relaxation, etc.).

En prenant un peu de temps pour vous, vous prendrez soin de votre entreprise. Et vous serez même mieux capable de négocier vos compétences.

 

9e conseil : multipliez les clients.

Très important pour pérenniser votre activité : évitez de ne travailler que pour un seul client. En plus d’être bien souvent du salariat caché (qui est illégal, rappelons-le), si un jour ce dernier n’a plus de budget ou décide tout simplement d’aller voir ailleurs, vous êtes fini. Il ne vous restera qu’à redevenir employé et à chercher un contrat de travail en entreprise.

Le mieux : avoir 2/3 gros clients, quelques clients moyens et de nombreux petits clients qui ne vous demandent pas beaucoup de temps individuellement. Car, oui, nous avons tous eu le cas de tout petits clients qui nous payent des sommes dérisoires, mais qui nous demandent de passer énormément de temps sur leur projet. Dans ce cas, être diplomate se révèle toujours bénéfique pour vous (et votre chiffre d’affaires).

 

10e conseil : avoir toujours une porte de secours.

Tout comme je vous conseille de ne pas devenir freelance sans mission pour commencer, il est aussi nécessaire de prévoir un plan de secours au cas où vous perdez tout.

Si tout se passe bien, normalement, tout devrait fonctionner comme sur des roulettes. Mais, au cas où, prévoyez un plan B, voire même un plan C qui vous aidera à rebondir.

Par exemple, vous pouvez très bien faire de l’intérim et continuer à chercher des clients en même temps. Ou, avec l’expérience acquise, vous pourrez peut-être mieux vous vendre lors d’un futur entretien d’embauche, en temps partiel ou en CDD ?

Dans tous les cas, réfléchissez à ce qui peut se passer de pire dans le futur afin de ne jamais être au pied du mur.

 

En suivant ces quelques conseils, vous avez toutes les clés pour réussir votre activité de free lance. Dans tous les cas, c’est ce que je vous souhaite :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.