Savez-vous que pour Google, la rédaction web est très importante ?

Google et rédaction web : ce que vous devez savoir pour votre contenu internet.

Le problème de nombreux rédacteurs web : ne pas pouvoir (ou vouloir) assumer l’aspect technique d’un texte.

En effet, certains professionnels oublient bien vite que le rédacteur web n’est pas seulement un expert en sémantique et création de contenu. Il doit aussi travailler sur l’optimisation SEO de son site internet.

Ainsi, pour plaire à Google, la rédaction web doit répondre à plusieurs règles spécifiques. Je les ai classées en deux catégories :

  • Les règles rédactionnelles ;
  • Les règles techniques.

Vous souhaitez en savoir plus sur le référencement Google par le biais du content marketing ? Cet article va vous plaire.

 

Les règles SEO rédactionnelles

Parce que la rédaction, c’est ma spécialité, j’ai choisi délibérément de débuter par ce gros morceau.

Les 5 règles à suivre pour votre site internet sont les suivantes :

  • Ne jamais faire de duplicate content ;
  • Bien sélectionner le mot-clé qui vous intéresse ;
  • Travailler votre maillage internet et externe ;
  • Écrire aussi bien pour les moteurs de recherche que pour les internautes ;
  • Être régulier dans vos publications.

Si vous connaissez déjà toutes ces règles, vous pouvez passer à la partie suivante.

Sinon, prenons un peu de temps pour les détailler une par une.

Le duplicate content : kézako ?

Tout bêtement, cela consiste à copier-coller des morceaux de phrases, voire même des paragraphes entiers.

À l’école, on vous a surement appris que le plagiat, c’est mal. Sur le web, c’est pareil.

Oui, parfois, par manque de temps ou d’inspiration, il peut être tentant d’aller pomper les écrits des voisins. Toutefois, si vous vous faites prendre (et cela arrivera forcément un jour), vous en subirez les conséquences. Google peut vous pénaliser en retirant votre page des résultats de recherche (les fameux SERP). En même temps, vous l’avez cherché et on ne peut pas dire que vous n’étiez pas prévenu.

À savoir : attention à bien différencier aussi toutes vos balises Title et Description. Avoir les mêmes balises partout peut être vu comme du Duplicate Content par Google.

Est-il encore intéressant de partir d’un mot-clé pour rédiger ?

À cette question, je réponds « oui, mais… ».

Oui, c’est encore indispensable de créer un champ lexical si vous voulez publier du contenu optimisé et si vous voulez être dans les premiers résultats.

Pourtant, attention au keyword stuffing (en français : bourrage de mot-clé). Pour être plus clair : trop de mots-clés tuent le mot-clé.

Auparavant, chaque agence de référencement vous disait qu’il était nécessaire d’intégrer le mot-clé sélectionné le plus souvent possible dans votre page.

Aujourd’hui, le contexte prend le pas sur le contenu. Je vous conseille donc toujours de partir d’un mot-clé choisi de façon stratégique. Mais, évitez de l’utiliser trop souvent et préférez employer des synonymes et des termes sémantiquement proches.

L’acquisition de trafic passe par un contenu de qualité et c’est tant mieux.

Maillage interne et externe : comment le travailler ?

Le maillage de votre site (en marketing digital, on parle de netlinking ou link building) concerne tous les liens entrants et sortants de chaque page.

D’un côté, vous avez les liens qui mènent vers d’autres sites :

  • Les backlinks pour les liens externes qui pointent vers votre site ;
  • Les outlinks si c’est vous qui pointez vers d’autres pages.

De l’autre, vous avez les liens qui mènent vers des pages de votre site (le maillage interne).

Je vous recommande de mettre des liens dans vos textes vers 2/3 pages possédant une bonne notoriété (consultez leur Page Rank pour vous faire une idée), sur votre thématique et non-concurrentes. C’est excellent pour votre référencement web puisque cela montre à Google qu’il peut avoir confiance en vous.

Pour optimiser le référencement de vos articles et les lier entre eux, le cocon sémantique est une technique qui marche bien. Cela consiste à penser la hiérarchie de votre projet web comme différents silos sémantiques. Ainsi, en choisissant précisément vos liens internes, vous vous créez une arborescence construite sur de bonnes bases qui vous aidera au bon référencement de votre site.

Comment écrire en même temps pour les moteurs de recherche et les internautes ?

En fait, partez du principe que vous devez plaire avant tout à vos lecteurs.

Si vous fournissez des textes mal-écrits qui ne répondent pas aux questions de vos internautes, vous ne serez jamais propulsé vers la première page. Ainsi, avant même de penser keywords et techniques de référencement, demandez-vous comment créer un article avec une réelle valeur ajoutée.

Ensuite seulement, et une fois ce dernier écrit, vous pourrez penser au référencement naturel et aux moyens de mieux vous positionner.

Dans tous les cas, vous vous apercevrez très vite qu’un bon article gagne en popularité au fil du temps (à condition de travailler votre SMO en les partageant sur vos réseaux sociaux).

La clé : une publication régulière

Je le répète à chaque personne qui se lance dans une stratégie digitale centrée sur le référencement web par le blogging : pour avoir plus de trafic, il faut produire régulièrement du contenu frais.

1 texte par semaine au minimum. Cela dit, si vous ne pouvez pas (par manque de temps ou de budget), préférez diminuer la fréquence que publier de façon totalement chaotique.

Pourquoi ? Parce que Google aime les sites actifs (il revient donc les voir plus souvent pour une indexation plus rapide). Mais aussi pour donner un rendez-vous à vos lecteurs.

De plus, en publiant souvent, vous pourrez ensuite pousser vos contenus par le biais d’une newsletter mensuelle (par exemple). D’où l’intérêt de partir sur une stratégie de contenu d’au moins 1 texte par semaine.

Maintenant que nous avons vu toutes les règles rédactionnelles, voyons ce qu’il en est des règles techniques (toujours en rapport avec votre stratégie web de contenu).

 

Les règles SEO techniques

Parce qu’un bon contenu texte ne suffit pas, parlons des règles techniques. Cette fois, on va soulever le capot et voir comment ça marche à l’intérieur. Rassurez-vous, rien de bien compliqué non plus.

Vous devrez vérifier :

  • Vos balises ;
  • Vos images ;
  • Votre URL ;
  • Vos données Analytics et Search Console.

Tout en évitant comme la peste le black hat et les pratiques interdites.

Voyons chaque élément plus en détail.

Avez-vous pensé à renseigner toutes les balises ?

En rédaction web, les balises les plus importantes sont :

  • La balise Title(le H1 de votre page) ;
  • La balise meta-description (le petit résumé qui apparait dans les résultats de recherche) ;
  • Les sous-titres (H2, H3, H3…).

Pour bien référencer un site, un professionnel de l’e marketing est capable d’apporter un contenu original et optimisé à ces différentes données.

Parlons des images de vos articles

Que vous ayez un site vitrine, un site ecommerce ou un blog, c’est la même chose : vous aurez à utiliser des images. Il va sans dire que celles-ci ne doivent pas être volées, bien entendu.

Si vous n’êtes pas photographe, je ne peux que vous recommander d’utiliser des banques d’image gratuites ou payantes, libres de droits.

Dans tous les cas, pour le référencement SEO des images, pensez à :

  • Réécrire le titre ;
  • Renseigner l’attribut ALT ;
  • Faire attention aux poids (une image lourde peut être un frein à la vitesse de chargement de votre site) ;
  • Rajouter, si vous le désirez, un texte de légende.

Pourquoi c’est important de réécrire votre URL ?

Si vous vous intéressez au référencement web de votre site, vous verrez que, quand vous créez une page, votre CMS vous propose une adresse impossible à lire. Ce qui ne sert à rien, vous l’aurez compris.

Heureusement pour vous, il est facile de la réécrire en y insérant votre mot-clé.

C’est une optimisation technique qui prend 2 secondes. Ce serait donc dommage de vous en priver.

Faut-il encore consulter les outils SEO de Google ?

Depuis que Google Analytics a mis en place une catégorie « Not Provided », la question se pose de plus en plus sérieusement.

Dans tous les cas, l’outil reste intéressant pour évaluer la popularité de votre site. En effet, même si Analytics ne vous fournit plus les mots-clés sur lesquels vous êtes positionnés, vous avez la possibilité de voir si votre travail porte ses fruits en consultant la courbe « Vue d’ensemble » de la catégorie « Audience ». Profitez-en pour jeter aussi un coup d’œil à la rubrique « Tout le trafic », dans « Acquisition ».

Pour plus de précisions, vous pouvez utiliser la Search Console de Google (anciennement Webmaster Tools). Ce qui vous intéresse ici : la catégorie « Trafic de recherche ». Vous y trouvez ainsi « Analyse de la recherche » avec des informations sur votre positionnement, le nombre de clics, les impressions de vos pages dans les SERP ainsi que le CTR (le taux de clics en fonction des impressions de vos pages).

Black hat, white hat… grey hat ?

Le monde du SEO s’entredéchire entre les fervents défenseurs de chaque camp.

D’un côté, nous avons les amateurs de black hat qui font leur maximum pour ruser et contourner les règles de Google.

De l’autre, nous avons les fans de white hat qui font leur possible pour brosser le moteur de recherche dans le sens du poil en se pliant à chacune de ses demandes.

Au milieu, il y’a ceux qui aiment alterner entre les deux camps (le grey hat).

Généralement, un consultant en référencement ne peut que conseiller le white hat. Toutefois, cette pratique demande un travail conséquent qui ne portera ses fruits que des mois, voire des années après. C’est pourquoi certains flirtent avec le black hat afin d’atteindre rapidement les premiers résultats des SERP.

Toutefois, comme dans la vie réelle, rien n’est ni tout noir ou tout blanc. C’est pourquoi le Grey hat semble devenir une norme pour de nombreux sites.

Ceci dit, si vous cherchez à obtenir des résultats intéressants qui perdurent sur le long terme, le white hat est la clé.

 

Maintenant que vous connaissez les règles de base du contenu SEO, au travail ! Commencez par reprendre vos anciens articles si vous en avez. Si vous écrivez votre premier billet, faites-vous une check-list. Ainsi, vous n’oublierez aucun point important.

Évidemment, parce que ces règles évoluent constamment, il est important de vous intéresser au monde du SEO. Surtout si vous êtes dans la rédaction freelance.

Donc, mon dernier conseil est le suivant : faites une veille quotidienne auprès de professionnels et d’experts du secteur. Cela vous aidera à être toujours au courant des dernières techniques tendance.

2 réflexions au sujet de « Google et rédaction web : ce que vous devez savoir pour votre contenu internet. »

  1. Coucou,

    Petite faute d’inattention en haut de page :

    « Ne faites jamais de copier-coller de phrases ou de paragraphes (les pros parlent de duplicate content). Les moteurs de recherchent détestent ça et vous le ferons savoir rapidement. Comprenez : bye la première position. »
    > Moteurs de recherche (sans « nt »)

    Très bon article

    1. Bonjour Tom !

      Ouch, j’ai un peu honte. Surtout avec « ferons » juste après. Les deux sont corrigées. Merci de me les avoir signalées et pour le compliment :).

      Ceci étant dit, cet article a déjà plus d’un an. Je vais le retravailler quand je trouverai du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.