Quelques pistes pour répondre à la question : rédaction freelance ou en entreprise ?

Faut-il préférer la web rédaction freelance ou en entreprise ?

Je me suis longtemps demandé si la web rédaction freelance était plus intéressante que la rédaction web en agence ou chez l’annonceur.

Pour vous expliquer ma situation, j’ai travaillé en agence pendant 2 ans avant de me faire licencier pour motif économique. Résultat, je me suis retrouvé sur le marché du travail à chercher un poste de référenceur / rédacteur web.

Pourtant, je ne voyais que des offres de stages ou des jobs à la rémunération pitoyable.

C’est ce qui m’a donné envie de me lancer en tant que rédacteur freelance. Mais entre l’idée et le grand saut, j’ai pris le temps de contacter des professionnels et d’en parler autour de moi. Et surtout : c’est une opportunité qui s’est présentée à moi qui m’a convaincu.

À l’heure où j’écris ces lignes, cela fait maintenant plusieurs années que je travaille à mon compte dans le domaine de la rédaction de contenu (pour site vitrine, site e commerce, blog ou projet web de refonte). Parfois, je dois avouer que je me demande s’il n’est pas plus facile de redevenir salarié.

Faisons le point.

Attention, je préviens que je vais vous raconter ma vie dans cet article. Mais cela m’a semblé intéressant de vous parler de ce que je connais pour débattre de ce sujet.

 

Différences entre rédacteur web freelance et en entreprise

 

Mon expérience

La principale différence entre un rédacteur web freelance et un rédacteur web en CDD ou en CDI est le fait de travailler pour soi et d’avoir notre client comme seul intermédiaire. Ce n’est peut-être pas grand-chose pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

En effet, en agence, il m’est arrivé de bosser sur des sujets de web marketing (liés au référencement SEO et à la production de contenus) sans connaitre le client. C’était ma responsable qui faisait le lien entre lui et moi. Au début, cela me plaisait, car je devais faire mes marques dans la création de contenu et le référencement naturel. Mais au fur et à mesure, j’avais envie de plus d’indépendance et d’autonomie. Ce que j’ai réussi à avoir, mais avec toujours la volonté de satisfaire ma hiérarchie.

De même, le fait d’être obligé de faire des choses qui ne me plaisaient pas vraiment me paraissait difficile à supporter sur le long terme. Par exemple : employer des techniques de référencement que je jugeais inadaptées ou rédiger du contenu web ennuyant.

 

La notion de liberté

En fait, selon moi, la différence entre le rédacteur freelance et le rédacteur salarié se situe au niveau de la « liberté » induite par le statut. J’ai rajouté des guillemets, car il est rare au début de pouvoir choisir ses missions de rédaction SEO. Qui refuserait un client sous prétexte que le travail l’ennuie ?

Pourtant, le simple fait de se dire « si je veux, je peux refuser le contrat » change tout. C’est ma vision des choses. D’ailleurs, j’en ai fait l’expérience en refusant des missions de contenu éditorial qui ne m’intéressaient pas.

De plus, je trouve de plus en plus ridicule le fait d’être obligé d’être présent au bureau de 9 h à 18 h juste pour être là (le fameux présentéisme qui coûte si cher aux entreprises). En m’organisant bien, il m’est arrivé de terminer ma rédaction quotidienne bien plus tôt que prévu et d’attendre que le temps passe.

Ainsi, la véritable liberté d’être à son compte se trouve dans la flexibilité de nos horaires et de pouvoir travailler au moment où nous le voulons.

Personnellement, je suis plus du matin que de l’après-midi. Donc, je m’arrange pour faire les tâches qui demandent le plus de concentration avant 13 h (du pur contenu SEO ou de la recherche de mots clé, par exemple) et les missions plus sympas après 14 h (écriture d’un article de blog ou mise en place d’une stratégie de contenu pour ne citer qu’elles). Parfois, je me prends une journée. Parfois, je bosse plus tard ou le week-end (même si j’évite autant que possible).

Mais j’avoue que j’adore le simple fait de travailler au moment où je le veux et de pouvoir faire mes autres activités en pleine journée si je le souhaite.

 

Avantages et inconvénient des deux statuts

Évidemment, tout n’est pas rose dans le monde merveilleux des freelances. Déjà, il faut s’occuper de la paperasse administrative qui se révèle être un véritable micmac lorsque l’on débute (bien que le statut d’autoentrepreneur offre certaines facilités).

Ensuite, il faut chercher les clients par nous-mêmes. Ainsi, bien que notre travail (l’optimisation SEO pour rappel) nécessite d’être seul devant notre écran la plupart du temps, la prospection et le contact client restent très importants. Comme tout chef d’entreprise.

Si vous êtes du genre solitaire, malheureusement, vous n’irez pas loin. Je prends comme exemple un ami qui travaillait en freelance pour son ancienne boite. Il avait quelques autres clients, mais rien de vraiment concret. Aujourd’hui, il est redevenu salarié et il est soulagé. Vu que la prospection l’ennuyait, il n’était tout simplement pas fait pour être à son compte. 

De plus, n’oublions pas que financièrement, tout change. En étant employé, nous recevons notre salaire à la fin du mois. Sans oublier la retraite assurée à un taux plus élevé en tant que salarié et l’assurance chômage (bien que cela soit en train d’évoluer). Certains ont aussi la chance d’avoir une mutuelle entreprise intéressante.

En tant que freelance, il faut se débrouiller pour gagner sa croûte. Si pas de client, pas d’argent. Et il faut aussi penser à la retraite et à mettre un peu de côté en cas de coup dur. 

Certaines personnes m’ont aussi parlé des longues heures de travail et des journées qui n’en finissent pas. À ce sujet, j’estime que tout est question d’organisation. En se tenant à un tarif horaire prédéfini, on peut accepter ou refuser les missions qui ne sont pas intéressantes. Le tout étant de savoir se vendre pour trouver les bons clients.

 

Ma vie de freelance… et bientôt la vôtre

Me concernant, je me suis lancé en tant que rédacteur freelance parce qu’une opportunité liée au marketing web SEO s’est présentée à moi. Cela m’a aidé à commencer avec un bon chiffre d’affaires. Ainsi, je peux chercher mes clients calmement et prendre le temps d’améliorer ma notoriété offline et ma e réputation sans avoir le couteau sous la gorge. Et donc, je peux accepter les missions de content marketing que je juge intéressantes.

D’ailleurs, beaucoup de professionnels du marketing digital m’ont dit que le meilleur moyen de se lancer en freelance est de commencer son activité en étant déjà en entreprise. En faisant cela, on se crée un réseau (oui, comme le netlinking de nos textes) et surtout, il est ensuite plus facile de se vendre. Une fois que vous avez assez pour vous permettre de vivre, lancez-vous. À vous de voir combien il vous faut par mois.

Personnellement, j’ai enfin plaisir à me lever le matin et j’en ai terminé avec la déprime du dimanche soir. Cela n’empêche pas certains moments de stress en période de rush ou lorsque je dois me vendre auprès d’un gros client.

Et aussi, quelle fierté de dire à ses proches « je suis chef d’entreprise » !

Alors, si l’idée vous trotte en tête, n’hésitez pas. Et si vous vous demandez comment devenir rédacteur web/rédactrice web et expert(e) en référencement web, je suis à votre disposition pour répondre à vos questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.