Travail en freelance

10 choses qui prouvent que le travail en freelance n’est pas fait pour vous.

Après vous avoir proposé 10 conseils et astuces pour freelance et indépendant, j’ai eu l’idée de faire tout l’inverse. Vous vous demandez si le freelancing est fait pour vous et vous hésitez peut-être à devenir freelance ? Cet article peut vous aider.

Je vous donne 10 points qui prouvent que le travail en freelance n’est pas fait pour vous. Ils sont classés du plus important au moins important (cela n’engage évidemment que moi).

 

Vous ne savez pas comment chercher vos premiers clients.

Je sais, je suis lourd à le répéter à tout bout de champ. Mais c’est un fait : je vous déconseille fortement de vous lancer en tant que travailleur indépendant si vous n’avez pas déjà des clients qui vous permettront de subvenir à vos besoins.

De nombreuses personnes embarquent dans l’aventure free lance sans rien, en espérant trouver rapidement. Au début, vous êtes motivé, mais quand vous voyez que vous ne ramassez que les missions inintéressantes qui vous demandent énormément de temps pour pas grand-chose, il est facile de se démotiver.

Pour moi, le travail de freelance est un statut opportuniste. Si vous sentez que vous avez une bonne opportunité, foncez. Ensuite, les clients viendront au fur et à mesure, par effet boule de neige.

 

Vous n’aimez pas être seul(e).

Non, ce n’est pas une légende urbaine : le freelance est, la plupart du temps, seul. Si vous avez un animal de compagnie, c’est plus sympa. Si vous avez aussi une famille à la maison, vous pourrez au moins briser cette monotonie le matin et le soir (voire le midi). Par contre, si vous êtes seul(e) chez vous et que cela vous pèse déjà, évitez de vous mettre en freelance. Vous allez encore plus vous isoler.

Pour contrer cela, certaines personnes décident de se rendre dans des bars ou en espace de coworking. C’est une bonne idée. Par contre, surtout au début, vous serez au plus près de votre argent et surveillerez la moindre dépense. Surtout si vous êtes auto-entrepreneur et que vous avez un plafond de chiffre d’affaires à ne pas dépasser. Ainsi, ce genre de solution peut augmenter artificiellement vos charges.

À vous de voir.

 

Vous n’êtes pas à sacrifier votre stabilité.

En entreprise, vous avez droit aux indemnités chômage, à une complémentaire retraite, à une mutuelle et à un CE sans bouger le petit doigt (façon de parler bien entendu). En freelance, c’est simple, vous pouvez tout rayer. Il faut se débrouiller pour avoir les mêmes droits que les salariés. Bien sûr, comparés aux salariés, les prix d’une retraite complémentaire ou d’une mutuelle sont plus élevés.

À savoir : ce que j’ai énoncé ne concerne que le statut d’autoentrepreneur qui ne vous offre pratiquement rien. Par contre, si vous passez sous un autre statut juridique (EIRL ou entreprise individuelle, par exemple) ou encore en portage salarial, vous pourrez bénéficier de quelques avantages intéressants. Évidemment, cela se répercutera sur vos charges.

Sans oublier que, si vous aimez partir en vacances, il faudra malheureusement revoir vos attentes. Vacances et freelance, bien que ces termes riment ensemble, ne font pas bon ménage. Pour tout vous dire, cette année, je n’ai pris qu’une semaine de vacances. Et la majorité des personnes à leur compte sont aussi dans ce cas.

 

Vous n’avez aucune conscience professionnelle.

Une conscience professionnelle, qu’est-ce que cela peut bien signifier ? Cela veut dire en gros que vous n’en avez rien à faire de rendre des projets en retard, que fournir un travail de qualité ne vous concerne pas et surtout que vous n’aimez pas répondre aux questions de vos clients. Aussi, ne pas avoir de conscience professionnelle signifie que vous aimez procrastiner et faire tout sauf travailler sur vos missions.

Cela peut faire rire, mais il y’a des personnes qui ont du mal à prendre sur elle pour se mettre à fond dans leur travail. Dans le salariat, vous êtes (plus ou moins) protégé. En freelance, cela ne pardonne pas.

Si vous rendez un travail mauvais, votre image va rapidement en prendre un coup. Et, avec internet, rappelez-vous que tout va plus vite.

 

Vous avez besoin des autres pour vous driver.

En entreprise ou avec vos amis, vous n’êtes pas de ceux qui prennent des initiatives ? Vous, ce que vous aimez, c’est suivre les consignes à la lettre et les autres sans vous prendre la tête ?

Alors, le statut de freelance n’est pas fait pour vous. En tant que salarié, vous êtes tiré par votre équipe ou votre boss. En freelance, personne ne va vous aider. Vous vous retrouvez seul face à votre client ou votre pc et vous devez fournir le travail demandé dans les temps.

 

Vous avez du mal à vous organiser.

On connait tous des personnes qui oublient toujours leurs rendez-vous ou qui nous font régulièrement faux-bond. Elles ne font pas exprès (ou alors, vous devriez changer d’ami(e)). C’est juste qu’elles ne sont pas organisées et qu’elles sont capables de caler plusieurs rendez-vous sur le même créneau horaire.

Dans notre vie perso, c’est embêtant, mais ce n’est pas grave. Par contre, louper un rendez-vous client ne pardonne pas. De plus, fournir régulièrement du travail en retard est aussi une erreur à ne pas faire. Cela peut arriver une fois ou deux (avec une bonne excuse, on arrive toujours à s’en sortir), mais si c’est récurrent, votre client peut en avoir marre et aller voir ailleurs.

Et qui dit aussi manque d’organisation, dit aussi surcharge de travail, donc stress et fatigue supplémentaires inutiles. Ce qui peut vous faire travailler vite et mal.

 

Vous n’avez pas la fibre commerciale.

Être à son compte implique d’être un commercial dans l’âme. Pourquoi ? Parce que nous ne sommes jamais seuls sur notre secteur (ou alors, vous avez trouvé un filon extraordinaire) et qu’il faut savoir se vendre. Ainsi, si vous ne savez pas répondre à la question « Pourquoi faire appel à moi ? », laissez tomber.

Autre facette commerciale liée au statut de freelance : savoir relancer vos clients pour qu’ils vous règlent vos factures. Nous y sommes tous passés et croyez-moi, ce n’est jamais facile. Surtout quand vous appelez plusieurs fois, que vous faites des mails et que vous ne voyez toujours rien arriver.

Être capable de se vendre, de se défendre et de faire valoir ses droits est indispensable pour la pérennité de votre société.

 

Vous avez du mal à vous remettre en question.

Il peut arriver que l’on rende un travail qui ne plait pas à notre client. Nous ne sommes jamais à l’abri d’un coup de fatigue ou d’un client ennuyant exigeant qui vous en demande toujours plus, tout en diminuant son budget.

Cela peut parfois aussi arriver de, malheureusement, perdre un client. Il est nécessaire, dans ce cas, de prendre un certain recul afin d’analyser la situation et voir si vous y êtes pour quelque chose.

Si vous êtes du genre à toujours rejeter la faute sur les autres, vous n’avancerez pas. Vous referez toujours les mêmes erreurs, jusqu’à être obligé de mettre la clé sous la porte, sans comprendre ce qui n’a pas fonctionné.

Prendre du recul est primordial pour vous permettre de prospérer. Cela vaut d’autant plus pour les jobs créatifs. Rédacteur web, évidemment, mais aussi Graphiste ou Community Manager.

 

Vous n’aimez pas apprendre.

En entreprise, souvent grâce aux collègues ou votre patron, vous apprenez de nouvelles choses sans même vous en rendre compte. En effet, la multiplication des connaissances et des expériences est une excellente opportunité pour découvrir de nouvelles choses. De plus, vous pouvez avoir accès à différentes formations payées par votre entreprise.

En freelance, vous avez aussi accès à de nombreuses formations, mais il faudra le payer de votre poche. En fait, le freelance est quelqu’un qui sait où chercher les bonnes informations pour se former et qui pratique une veille quotidienne pour se tenir au courant des dernières tendances sur son secteur.

Cela dit, nous apprenons aussi énormément de choses grâce à nos clients. Que ce soit en termes de nouveaux process ou de nouvelles méthodes de travail, vous devez être capable de vous adapter.

 

Vous voulez avoir tout de suite un gros salaire.

Dernière chose : vous avez un cadre de vie de luxe et vous ne voulez pas vous en séparer ? Sortie en restaurants chics, achats récurrents et compulsifs, nuit en hôtel 5 étoiles… tout ça, vous pouvez oublier dans un premier temps.

Évidemment, ce qui est bien en étant à son compte (et avec le statut adapté), c’est que vous pouvez vite progresser. Il ne tient qu’à vous d’aller chercher toujours plus de clients et d’avoir des horaires de travail de folie. Il est sûr qu’un salarié ne sera jamais millionnaire. Il n’y a que les personnes qui se lancent dans des projets d’entreprise qui peuvent espérer devenir riches, un jour.

Par contre, avant d’y arriver, vous devrez trimer et fournir de très gros efforts. Et cela tout au long de votre activité.

 

Bien sûr, ce que je viens de vous dire, c’est de la théorie. Ce n’est pas parce que vous vous reconnaissez dans plusieurs points que vous ne devez pas vous lancer. Ce sera juste un peu plus difficile, mais avec de la motivation et de l’envie, tout le monde peut réussir à créer son entreprise et à être indépendant.

Par exemple, en rédigeant ce texte, je me suis rendu compte que j’avais quelques défauts d’organisation et que je n’avais pas vraiment la fibre commerciale. Mais quand on se retrouve au pied du mur, on est bien obligé de faire avec ce que l’on est.

Pour moi, le freelancing m’a permis d’apprendre à me connaitre et à assumer mes défauts. Le tout étant de se faire parfois violence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.